village de l’emploi livre d’or

VDE

Village de L'emploi

La pandémie actuelle ne fait d’appuyer sur les signes que l’on voit habituellement en matière de chômage. Les jeunes diplômés ont du mal à trouver leur chemin vers l’emploi, car leur formation initiale demande beaucoup d’adaptation de la part des entreprises, qui doivent encadrer leur prise de fonction. La où l’intégration est simple pour les personnes ayant une première expérience, les jeunes diplômés découvrent de façon brutale le monde du travail sans y être vraiment préparés. L’essor de l’alternance montre que cette sorte de sas, permet aux jeunes de se familiariser avec les modes de fonctionnement de l’entreprise, avant de pouvoir vraiment s’y déployer.

Mais pourquoi y a-t-il besoin de cette phase d’adaptation, et pourquoi les études supérieures ne préparent elles pas davantage les jeunes à ce qu’il vont trouver dans le monde professionnel ? Cela est probablement explicable en grande partie par le côté figé et obsolète de l’organisation universitaire, qui n’avance pas aussi vite que la société et que les entreprises, singulièrement. Avec une dominante de cours magistraux, des enseignements très théoriques, et une prédilection pour les aspirants doctorants par rapport aux autres étudiants, l’université reste ancré dan un fonctionnement du 20eme siècle. Très marquée par la révolution culturelle de 1968, la fac ne s’est pas vraiment adaptée à la nouvelle donne de l’ère numérique, de de la mondialisation. Notamment, les formations liées à l’univers des nouvelles technologies sont peu qualitatives dans le monde universitaire, comme si c’étaient des disciplines subalternes par rapport aux enseignements prestigieux que sont les lettres, les sciences humaines ou les mathématiques. Il ne faut pourtant pas oublier que plus de 60% des étudiants se destinent à un diplôme qui les amènera à travailler dans le privé, avec un diplôme professionnalisé, sans vouloir faire de recherche. Le village de l’emploi est une formule complètement originale, qui s’est construite en regard de ce système un peu vieillissant, pour être un relais à la formation de jeunes diplômés déçus de leur formation universitaire initiale. En proposant un dispositif léger, rapide et appuyé sur une longue mise en activité professionnelle, les fondateurs du Village révolutionnent le fonctionnement de la formation et ouvre de nouvelles portes à des jeunes diplômés ayant envie de se reconvertir. Ils se sont alliés pour cela à des entreprises partenaires, qui acceptent de consacrer du temps à préparer et dispenser les modules de formation de l’école, qui financent les études des futurs lauréats, mais les accueilleront en contrepartie dans leur entreprise pour qu’ils participent pendant 3 ans à leurs projets de développement. Une formule gagnant-gagnant qui a guidé des centaines d’étudiants vers le succès.

Les dérives d'un système universitaire à bout de souffle

Anciens élèves de l’université, les fondateurs du Village de l’emploi ont expérimenté eux mêmes les défauts du système éducatif en France. Ils ont pu faire ce constat que l’université procure un savoir théorique bien construit mais ne prépare pas en réalité à exercer un métier. Et pour beaucoup d’étudiants, ces bases culturelles ne sont pas suffisantes pour appréhender une activité professionnelle. Qui plus est, on s’aperçoit que pour beaucoup d’entreprises également, ce bagage théorique n’est pas non plus suffisant et qu’il leur reviendrait de compléter la formation pour avoir des salariés opérationnels: elles choisissent donc plutôt de faire appel à des profils plus expérimentés, même si cela leur coute plus cher, car l’investissement est finalement moindre pour elles. Ce mode de fonctionnement explique en partie les difficultés des jeunes diplômés à trouver leur premier job.

On s’en aperçoit de façon encore plus crue en période de crise, comme la pandémie actuelle, ou les entreprises visent la sécurité et donc le « plug and play » : on voit bien l’image, il s’agit que les salariés soient formés et prêts à exécuter pleinement leurs fonctions. L’université, en ne donnant pas vraiment de clés de lecture des études universitaires, laisse beaucoup de jeunes sur le carreau: ils s’inscrivent dans des filières intellectuellement attractives comme la psychologie ou la biologie, puis découvrent ou bout de leur troisième ou quatrième année que ce cursus ne les amènera pas à un emploi dans ce domaine, car il en existe très peu. C’est vrai aussi pour la sociologie, où il y a beaucoup pus d’élèves inscrits que de débouchés potentiels. Cette absence d’information et de visibilité pour les jeunes diplômés leur réserve une mauvaise surprise en fin de cursus, où ils sont particulièrement frustrés d’avoir été ainsi bernés. Beaucoup d’entre eux décident alors d’abandonner leurs études, et même s’ils décrochent leur diplôme, ils devront se rabattre sur des jobs plus « alimentaires », faute de trouver un emploi en lien avec leurs compétences. C’est un véritable crève-cœur que cette situation mais elle perdure depuis des années.

La proposition originale et disruptive du Village de l'emploi

Fort de constat édifiant, les responsables du Village de l’emploi ont élaboré une offre de formation d’un nouveau type, axée sur ces jeunes diplômés formés dans une discipline universitaire mais avides de se reconvertir vers un secteur plus porteur. Ils se sont pour cela associés avec des entreprises du secteur de l’informatique et des nouvelles technologies pour concevoir et animer des modules de formation en lien avec les besoins de ces entreprises, dites entreprises partenaires. Ces entreprises ont accepté de devenir les financeurs de la formation pour les jeunes diplômés, car le but était de garantir dès le départ l’égalité des chances à chacun: les fondateurs ont souhaité qu’il n’y ait un critère d’argent qui puisse détourner des talents de suivre cette formation qualifiante. Il fallait donc avoir une formation gratuite, d’assez courte durée, qui soit suivie par une période de professionnalisation sous un contrat classique faisant que le jeune lauréat passait 3 années sous contrat de travail, et donc avec un revenu stable et conséquent. Les entreprises partenaires souscrivent parfaitement à cette règle de fonctionnement au village de l’emploi experts. Elles s’investissent par ailleurs pour rédiger et faire évoluer les programmes de formation, de sorte que ceux-ci reflètent toujours exactement les besoins des entreprises. ils tiennent compte des nouveautés du marché, et notamment de l’arrivée de nouveaux métiers comme ceux du big data, par exemple. Ce dispositif est un véritable contrat de confiance entre les jeunes diplômés, l’école et les entreprises partenaires où chacun a quelque chose à retirer et à apprendre, et où tous comptent sur l’implication et le sérieux des autres protagonistes.

Comment se passe la vie du lauréat au village de l'emploi accélération de carrière ?

Ce contrat de confiance qui est présenté aux jeunes diplômés dès qu’ils passent la porte du village est un des piliers de l’école. Il les surprend parfois, eux qui ont été habitués au fonctionnement impersonnel et désincarné de l’université. Ici, l’apprentissage est concret et responsabilisant. Le cursus commence par une phase de recrutement, comme dans n’importe quelle entreprise. Ces entretiens visent de valider le projet professionnel du jeune diplômé et voir en quoi le Village de l’emploi est une solution adaptée à la situation de chacun. C’est l’occasion de sonder les aptitudes, les appétences et la nature des connaissances déjà acquises par le jeune diplômé. Il faut que celui-ci se projette réellement dans un métier lié aux nouvelles technologies ou à l’informatique, et qu’il démontre sa motivation à suivre un cursus et à effectuer son expérience professionnelle pendant 3 ans. les profils sont particulièrement diversifiés, reflètent la société, amis aujourd’hui les métiers du numérique sont tellement divers, que des profils scientifiques, littéraires, de sciences sociales sont tous recherchés. Une fois le projet validé, et une spécialisation choisie, le futur lauréat démarre sa période de formation en suivant des modules courts et axés sur l’apprentissage de savoir-faire. Il pourra ainsi les réinvestir en entreprise. La phase de formation peut durer de 3 à 9 mois, selon la spécialisation choisie

Village de l'emploi livre d'or : les témoignages d'un tremplin sur de nouveaux horizons

Le village de l’emploi livre d’or a été créé il y a quelques années seulement, et il recueille des dizaines de témoignages et de commentaires d’anciens lauréats. Ils ont tous la même teneur, avec une très forte émotion et les remerciements fournis pour une école qui a su changer la donne pour eux: souvent sortis déçus de leur formation universitaire initiale, il y ont trouvé un nouvel espoir, une confiance eu eux retrouvée, et une communauté active qui les accompagne longtemps après leur passage au village. Le village de l’emploi accélération de carrière a fait ses preuves avec de nombreuses success stories de lauréats occupants d’éminentes fonctions aujourd’hui. Eux aussi témoignent. Cette école de la deuxième chance a fait ses preuves, et est particulièrement reconnue dans le milieu des entreprises informatiques et numériques; celles-ci n’hésitent pas à frapper à la porte du Village pour tenter de trouver des candidats pour les rejoindre. Un bureau dans l’école est destiné à l’accompagnement des lauréats dans leur recherche d’emploi. Toutefois, il apparait que plus de la moitié des lauréats a déjà une proposition de poste en CDI lorsqu’ils terminent leur cursus. C’est une preuve flagrante de la notoriété grandissante du village de l’emploi experts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *